Forums > Au pays des fantasmes

La Gynarchie en l’An 2069

<< < (2/3) > >>

Pour Laurence:
En effet, dans cette hypothese, les F étant a la recherche d’H encagés et obéissants, denrée devenue plus rare, les autres H restant seuls par la Loi, deux Reines pourraient partager le meme H. Le voudraient-elles? Et les H encagés voudraient ils appartenir a deux Reines?

tagada:
Si 40 pour cent des hommes ne sont pas en couple alors ils sont disponibles pour intégrer un "cheptel" d'encagés.
Me trompe je ?

tagada:
2069 : Quelques groupes d'hommes refusant la gynarchie se sont réfugiés dans la nature. Il vivent à l'état sauvage. Il occupent une grande partie de la journée à se masturber.
Ils sont appelé les branloteurs.
Les branloteurs sont activement pourchassés par les troupes d'Amazones du gouvernement gynarchique.
Lorsqu'ils sont capturés ils sont émasculés puis soignés. Ils sont ensuite envoyés comme esclaves à vie dans les administrations gynarchiques ou servent de "bouche", c'est à dire qu'ils sont utilisés pour aider les Femmes qui possèdent les plus gros cheptel de mâles encagés à les vidanger selon la périodicité décidée par leur éleveuse.

Afin d'éviter à leurs fils de devenir des branloteurs, certaines mères encagent leur fils lors d'une cérémonie célébrée le jours de leur 16 ans.

enjauladito:
2099 : Trente ans plus tard, la cage de chasteté passe progressivement de mode. Les plus âgées des femmes gynarchiques se souviennent encore avoir pensé que l’engagement des hommes mâles était indispensable à obtenir et à maintenir leur conversion à la suprématie féminine et leur adhésion à une forme de société dénuée de rivalités machistes, de guerres, de dérives capitalistes. Eh bien non, même sans cage, les mâles demeurent acquis aux principes gynarchiques et aux bienfaits de la gouvernance féminine de tous les aspects importants de la vie. La surpopulation, les problèmes climatiques, la maltraitance envers les animaux ont trouvé leur solution à la faveur d’une dénatalité progressive. La guerre, le viol, les dictatures n’existent plus. Les branloteurs ont cessé de se branloter et son réhabilités dans les villes, ayant renoncé à toute opposition. La terre entière est devenue un paradis de bisounours vieillissants, doux et bienveillants, au poil rare et à la poitrine opulente, un peu plus chez les femmes que chez les hommes. Que s’est-il donc passé ?

Eh bien tout simplement, le développement de l’activité industrielle, l’utilisation de plastiques, de vernis, de cosmétiques, de médicaments, d’engrais et d’insecticides (ah la fameuse arachnophobie des maîtresses gynarchiques, impavides envers tout à l’exception des insectes !), bref l’accumulation de tous ces produits chimiques dans l’environnement a amené l’imprégnation en perturbateurs endocriniens au point de non retour. L’écosystème entier est devenu une vaste infusion d’analogues d’hormones féminines, comme en témoigne la teinte rose du ciel qui a imperceptiblement remplacé le bleu d’autrefois en quelques décennies. Plus aucune naissance ne survient sans assistance médicale, chez les humains comme chez les autres mammifères, mais cela permet de gérer harmonieusement le cheptel occupant les espaces habitables. Et il n’y a plus que les livres d’histoire pour témoigner de la manière dont, entre le paléolithique et le milieu du XXIème siècle, l’homme “attrapait” une femme pour lui faire un bébé…

tagada:
2100 : Les laboratoires d'état Gynapharm mettent sur le marché le premier sperme de synthèse. Cela signe la fin du rôle biologique de l'homme. D'autant que ce sperme de synthèse ne donne naissance qu'a des enfants féminin.
Mais un problème voit vite le jour : si l'homme disparait totalement, ce sera aussi la fin du sexe hétérosexuel dit de plaisir.
Certaine Femme s'en inquiète.
Le ministère du plaisir sexuel est créé.
D'énormes budgets sont débloqués pour la recherche robotique.
En 2150 le premier robot copulateur est mis au point : c'est le modele "Putamale 1" qui est entièrement paramettré pour ne tenir compte que du plaisir féminin. Les modèles de Putamale vont très rapidement évoluer et chaque Femme disposera d'un très vaste choix d'options.
Une vaste campagne de stérilisation des mâles biologiques est lancé par le gouvernement gynarchique.
Les quelques bébés mâles qui naissent encore sont stérilisés dès la naissance.
A l'adolescence ils deviendront indetectables parmi la population de Putamale, et eux même ne sauront plus s'ils sont bio ou rob.
Mais un résistance mâle bio s'organise dans l'ombre, quelques "sissi" rejoignent aussi le mouvement ...


Navigation

[0] Index des messages

[#] Page suivante

[*] Page précédente

Utiliser la version classique