Attendre bien sage, AVEC ou SANS cage?

Démarré par Lance, Juillet 09, 2024, 12:36:36 AM

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Lance

Sans doute PonPon, que l'égalité se heurte aux courbes de notre libido qui ondule elle-même selon notre âge. Plus jeune, il est d'autant difficile de tenir sans jouir quand le corps très actif fourmille de demandes particulièrement réveillées. Il est d'autant plus admirable de tout retenir. Ajouté cette belle volonté que j'ai lue pour une longue durée bien datée!

Ce petit appendice rend fou, les femmes également. Elles en possèdent d'ailleurs un tout aussi servile aux plaisirs qu'il reçoit. Et il ressemble à s'y méprendre à notre petit membre. On peut jouer aussi. A ceux qui veulent comprendre...

PonPon

Citation de: enjauladito le Juillet 13, 2024, 09:57:06 PMLe petit appendice fait son job. Il est l'émanation directe du gène égoïste (cf. Richard Dawkins https://en.m.wikipedia.org/wiki/Gene-centered_view_of_evolution )

Intéressant cette théorie, je ne connaissais pas.

Citation de: enjauladito le Juillet 13, 2024, 09:45:19 PMDe mon côté, pour avoir essayé plusieurs approches y compris avec vibro, stimulation anale et autres, pas moyen d'aboutir à quoi que ce soit d'éjaculatoire

Ça m'a toujours fasciné à quel point on n'est pas tous égaux par rapport à notre petit bout. Ça a toujours été un concept abstrait pour moi de devoir être stimulé pour avoir une érection, ou même simplement de ne pas avoir envie. C'est pareil pour la cage, c'est tellement un effort pour moi de retenir les orgasmes spontanés sur certaines périodes que j'imagine mal ne pas pouvoir éjaculer dedans.

Ce petit appendice rend fou, assurément.
Dernière éjaculation : 22/05/2024
Date de fécondation : 10/05/2024
Objectif pas d'éjaculation jusqu'au retour de couche.

Lance

C'est moi qui remercie ceux qui l'ont déjà enrichie et par avance ceux qui poursuivront...

enjauladito

Citation de: Lance le Juillet 13, 2024, 09:43:29 PMPuisqu'il semble plus facile de laisser la décision, de dire et d'interdire de toucher celui qui semble finalement seul décider. Le corps entier soumis à ce petit appendice.

Le petit appendice fait son job. Il est l'émanation directe du gène égoïste (cf. Richard Dawkins https://en.m.wikipedia.org/wiki/Gene-centered_view_of_evolution ) et c'est à ce titre qu'il nous mène par le bout de lui-même et nous pousse à commettre nombre d'irrationalités débiles et fâcheuses, en sus de très rares actes amoureux qu'on pourra retenir comme désirables...

Merci d'avoir suscité cette intéressante discussion !
Enjauladito
« El pàjaro enjaulado encontra su libertad en la mirada de su Reina »

enjauladito

Citation de: Pour Laurence le Juillet 13, 2024, 07:09:55 AMEn conclusion, même la cage n'empêche pas de jouir (en tout cas pour certains d'entre nous).

De mon côté, pour avoir essayé plusieurs approches y compris avec vibro, stimulation anale et autres, pas moyen d'aboutir à quoi que ce soit d'éjaculatoire — tout au plus un "orgasme sec" lors de pénétration arrière, comme je crois que les appelle Ponpon, à savoir une vague diffuse de sensations en "colline" sans "pic", qui ressemble à une jouissance féminine et qui laisse l'oiseau épandeur de semence parfaitement frustré...

Salutations chastes (sans perspective hors d'une libération !)
Enjauladito
« El pàjaro enjaulado encontra su libertad en la mirada de su Reina »

Lance

Si la volonté renforce la personnalité, il semble que laisser décider pour soi repose mais asservisse. Peut-être pour mieux servir les belles volontés de celle qui tient la clef? Ne lui procurant pas, j'ose espérer, que du plaisir aussi, mais de l'admiration inclinée devant tant d'abnégations. Le défi est plus grand mais pas sur la durée. Avec une cage, en effet, elle est indéterminée. Avoir envie s'inscrit sur la durée. Jouir est instantané. Et après? La frustration perdue avec les envies refoulées, le plaisir partout est parti se cacher.

Le plus difficile on dirait, n'est pas d'attendre sagement, mais de décider d'attendre. Puisqu'il semble plus facile de laisser la décision, de dire et d'interdire de toucher celui qui semble finalement seul décider. Le corps entier soumis à ce petit appendice.

La cage fermée est la porte d'entrée.

Pour Laurence

Bonjour,

Il y a peu, j'ai découvert que la cage n'est pas la garantie de la chasteté, ou en tout cas ne garantit pas qu'on ne jouisse pas.
En effet, après quelques semaines de frustration, il m'est arrivé plusieurs fois à la demande de Madame de jouir en cage alors qu'elle me pinçait les tétons et posait un vibro sur ma cage. C'est tout à fait délicieux.

Il y a peu, j'ai remué seul et sans autorisation ma cage qui est pourtant bien ajustée au point où je suis parvenu à jouir après 35 jours sans. C'est super bon de se "soulager" bien que ce soit presqu'une forme d'orgasme ruiné. Madame ayant les clés, j'ai dû garder la cage après éjac. Je me suis confessé peu après.

En conclusion, même la cage n'empêche pas de jouir (en tout cas pour certains d'entre nous). Alors comment être vraiment empêché? je ne sais pas. La volonté surement, mais ça ne suffit pas toujours.

Je n'ai pas d'autre solution à ce stade.
Amoureux et respectueux de ma KH Laurence à qui je confie ma libido. Je reconnais qu'Elle m'est supérieure.   N.B. avec son accord, je ne porte que de la lingerie féminine.

Titou

Bonjour Lance,

Quel beau texte...Et quel supplice !

Vite, une cage pour museler l'insolent dard, ne plus se poser la question : Faire ou ne pas faire?

Chastement.
TITOU

Lance

Saluant vos patiences que je n'ai pas vécues, je possède modestement une plus courte période d'essai déjà citée dans ma présentation. Voulant tester ma volonté, prendre les commandes, j'ai poussé ma résistance, le sexe en liberté. Ce que je croyais. J'en étais prisonnier... en réalité. Mais sans regret. Oui, seul c'est compliqué, avec un effort permanent de volonté. Plus compliqué? Je ne sais pas. Oui, une autre personne est précieuse pour diriger. J'avoue ignorer si la frustration est plus importante avec cage. Je vous fais confiance.

Je vais tenter ici de vous décrire un état de chasteté... SANS cage :

Assez rapidement et progressivement, c'est comme si j'avais mille mains fines autour de l'insolent trop dressé trop souvent, jusque dans le cerveau déchiré en deux :
Faire ou ne pas faire? C'est l'incompréhension. En voilà une citation!
Mille caresses autour sans même me toucher. Même l'air qui se déplace devient une menace. Il devient très sensible. Alors sous les tissus? Peine perdue. Le sang engorgé qui lance devient des envies qui appuient dedans dans un bain bouillonnant. La supplique désespérée de vouloir tout vider sans pouvoir simplement à peine effleurer, alors que justement son utilité est dedans. Fourmillement autour et partout, jusqu'aux pieds qui picotent, capteurs sensoriels réveillés. Tout devient excité. Le dard déployé haut perché comme jamais, fier et vulnérable autant que misérable, de réduire à un jet la solution pour tout calmer. Tout jeter c'est mourir, à commencer par dormir après. Je préfère tout garder mais seul c'est compliqué. Impossible de se reposer. Des nuits perturbées. Ca recommence toujours et de plus en plus fort, cette envie qui pousse devenue une urgence à vite réprimer pour tenir le mord. Les dents serrés sans pouvoir bouger. Cette envie, c'est la vie! Je suis donc bien vivant. La partager alors... oui mais sans rien donner. Partager sans donner? C'est l'incompréhension.
J'ai fini par craquer...


Tout ce qu'il en reste : ce petit texte.

enjauladito

Citation de: Lance le Juillet 09, 2024, 12:36:36 AMLa volonté seule suffirait-elle à l'abstinence? Quels avantages ou inconvénients, à tenir chaste AVEC ou SANS cage?

De mon point de vue, une question similaire se pose dans beaucoup d'autres situations où notre volonté est prise en défaut et où notre autonomie révèle ses faiblesses ; par exemple, je décide de m'astreindre à un exercice quotidien, ou bien de renoncer à une habitude qui me tient mais que je réprouve (tabac, alcool, substances, jeu, porno...) : il n'est pas rare que je cède au bout d'un temps, que j'abandonne mes bonnes résolutions ou que je retombe dans mes travers.
Or l'aide d'une autre personne est précieuse ici : un rendez-vous régulier avec un prof de fitness ou d'activité, ou un coach en soutien d'abstinence peuvent notablement augmenter mes chances de succès dans ma démarche. Cela au prix d'une concession à l'hétéronomie : dans le domaine considéré, j'accepte alors de me soumettre à la règle d'autrui.
La cage de chasteté matérialise pour moi une démarche d'hétéronomie concernant la gestion de mes mâles pulsions. Elle s'emploie dans un contexte relationnel où c'est à une autre personne qu'est confiée une demande de coaching, typiquement le conjoint — mais on trouve aussi une offre de services pour la gestion de clés de chasteté.
Expérience faite, une bonne cage est bien plus « reposante » et efficace qu'un effort permanent de volonté ponctué de négociations oiseuses avec soi-même. L'hétéronomie peut certes se vivre comme perte de Liberté et aliénation de Responsabilité ; mais je préfère y voir une occasion d'échange avec l'Autre et un gage d'Amour — avec des possibilités de réciprocités bienvenues pour me sortir d'un individualisme exagéré qui ne caractérise que trop la condition sociale de l'homme actuel. La cage, et a fortiori la chasteté elle-même, fait essentiellement sens dans le contexte d'une relation, à mon avis. Y compris avec une lointaine Yseult pour un Tristan, ou avec Dieu pour un moine...

Chastes salutations à vous
enjauladito (heureux d'être laissé encagé au départ de sa Reine qui passe la semaine chez une sœur éloignée)
Enjauladito
« El pàjaro enjaulado encontra su libertad en la mirada de su Reina »

PonPon

Bonjour Lance,

Pour ma part impossible de rester chaste sans cage, le simple contact des draps devient source d'orgasme au bout de quelques jours.
Dernière éjaculation : 22/05/2024
Date de fécondation : 10/05/2024
Objectif pas d'éjaculation jusqu'au retour de couche.

Lochaspan

Bonjour Lance,

Question intéressante.

Je parlerai de mon cas.

J'ai connu l'abstinence des 2 façons.

Au début de ma relation avec l'homme qui m'a fait découvrir la cage de chasteté. J'avais interdiction formelle de me caresser. Par la volonté, j'y suis arrivé. Le maximum que j'ai pu tenir était de 4 semaines. En face, le suivi était régulier, contact quotidien et très forte personnalité. Mais, je trouve que pour lui, c'était une contrainte, il fallait qu'il soit omniprésent. J'étais soumis et obéissant, donc il n'a pas eu trop de difficultés. Mais, je n'étais pas à l'abri du moindre relâchement.

Avec la cage, je pense que le travail de contrôle est plus simple pour celui qui ordonne la chasteté.
De plus, la cage induit une frustration bien plus importante que la simple chasteté contrôlée par la volonté. Frustration qui a des conséquences sur la physiologie de l'encage.

Pour ma part, je trouve que la cage est bien plus efficace. En plus, il y a le côté libération ou pas, gestion de la clé, très important pour la psyché. De plus, l'enfermement est une sensation très agréable.

Voilà pour mon avis personnel.

Bien à toi


Lance

Bonjour ou bonsoir, selon le bon vouloir ou l'heure d'arrivée.

Me taraude une idée à vous faire partager. Sur l'idée d'attendre bien sage la prochaine libération ou de contrôler la prochaine émission, ne serait-il pas plus difficile de surprendre de rage la prochaine érection sans pouvoir toucher du moindre mouvement l'engagement pris d'attendre sagement?

La volonté seule suffirait-elle à l'abstinence? Quels avantages ou inconvénients, à tenir chaste AVEC ou SANS cage?

Si pour certain, la cage est fermée, pour tous, le débat est ouvert.